ombre

Cancer et métastases osseuses

L’os est le 3ème site en fréquence après le poumon et le foie et concerne pratiquement tous les types de tumeur maligne solide.

80% des cas de métastases osseuses sont représentées par les cancers du sein, de la prostate, du poumon, de la thyroïde et du rein.

 

Les lésions sont de 3 types  - Lytiques

                                                    - Ostéocondensantes

                                                    - Mixtes

 

Des mécanismes complexes de croissance tumorale dans l’os sous-tendent l’activation des ostéoblastes et ostéoclastes faisant intervenir des voies de signalisation complexe.

Consulter «PHYSIOPATHOLOGIE DES METASTASES OSSEUSES»

 

L’atteinte osseuse a un impact en priorité sur le pronostic fonctionnel et sa préservation doit faire l’objet d’une prise en charge précoce. Cependant il faut garder à l’esprit qu’à terme le pronostic vital peut être engagé (médiane de survie tous cancers confondus avec métastases osseuses étant de 2 ans).

 

En 2011, la prise en charge doit  être précoce et viser à prévenir les complications osseuses dès le diagnostic de métastase.

Le cas échéant, en cas de complications, la prise en charge doit permettre au patient de retrouver la meilleure autonomie possible. Pour garantir l’optimisation de cette prise en charge, l’approche pluridisciplinaire est indispensable.

 

Les axes de prise en charge concernent

- La Douleur

- La Fracture Pathologique

- La compression médullaire

- L’Hypercalcémie

- L’Insuffisance médullaire (non traité dans ce chapitre)

Consulter «PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES» par Mme le Dr Anne Françoise DILLIES

 

En termes de traitement :

 

La place de la chirurgie est surtout palliative et rarement curative.

La chirurgie curative ne peut être proposée qu’en cas de lésion secondaire unique d’un cancer lentement évolutif (sein, rein, thyroïde) mais aussi en cas de métastase isolée d’un primitif inconnu.

Le recours à la chirurgie palliative est plus souvent le cas, notamment dans la lutte contre la douleur et de la restauration de l’autonomie. Le recours à cette chirurgie doit être le plus précoce possible.

Consulter «TRAITEMENT CHIRURGICAL DES METASTASES DES MEMBRES» par Mr le Pr Stéphane BOISGARD

 

Les lésions osseuses rachidiennes touchent la partie péri médullaire. 10 à 20% des métastases rachidiennes se compliquent par une compression médullaire.

Consulter «LA CHIRURGIE DU RACHIS» par Mr le Dr Denis SINARDET

 

La cimentoplastie consiste à renforcer l’os pathologique (corps vertébral et bassin le plus souvent) par injection percutanée et sous contrôle radiologique du ciment chirurgical (le polyméthylmétacrylate-PMMA). Elle a une action antalgique.

Consulter «METASTASE OSSEUSE ET CIMENTOPLASTIE»  par Mr le Dr Jean GABRILLARGUES

 

La radiothérapie dans la grande majorité des cas est palliative. L’objectif principal est le contrôle de la douleur. Elle facilite également la recalcification osseuse et peut ainsi limiter le risque fracturaire d’os longs ou des vertèbres. Par conséquent elle prévient les complications neurologiques médullaires et radiculaires. Dans certains cas, elle peut fragiliser l’os et nécessiter au préalable une consolidation préventive par les moyens mécaniques (chirurgie, cimentoplastie).

Consulter «RADIOTHERAPIE EXTERNE ET METASTASES OSSEUSES» par Mr le Dr LAPEYRE

 

L’irradiation métabolique a aussi une visée antalgique et fait appel à l’injection intraveineuse d’un radio-pharmaceutique à tropisme osseux.

Consulter «RADIOTHERAPIE METABOLIQUE ET METASTASES OSSEUSES»  par Mme le Dr MESTAS

 

Les traitements médicaux spécifiques : chimiothérapie, thérapies ciblées, hormonothérapie, ont pour objectif d’exercer un contrôle global de la maladie métastatique aussi bien osseuse que viscérale. Néanmoins le traitement de certains états notamment l’hypercalcémie, la prévention des complications osseuses, et la douleur font appel à différents outils pharmacologiques tels les biphosphonates, les antalgique de 3 paliers de l’OMS et les anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens. Les douleurs en rapport avec les métastases osseuses peuvent également être responsables de douleurs neuropathiques qu’il faut savoir diagnostiquer et traiter.

Consulter «PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE» par Mme le Dr Christine VILLATTE

 

Cette prise en charge est complexe, et par essence pluridisciplinaire avec plusieurs aspects à prendre en compte : en première intention les aspects mécaniques, puis en deuxième intention les aspects oncologiques. Il faut systématiquement traiter la douleur, anticiper et prévenir les complications.

Consulter «SYNTHESE ET CONCLUSION» par Mme le Dr Anne Françoise DILLIES

Mise à jour le Jeudi, 28 Avril 2011 09:00
 
Retour en haut de page
ombre