ombre
 
ombre

logo APM
ombre
Dépistage du cancer du sein

Le dépistage du cancer du sein est actuellement recommandé, tous les deux ans, chez les femmes de 50 à 74 ans à risque moyen, sans antécédent familial, ni facteur de risque identifié.

Toutefois, il est important que les femmes, quel que soit leur âge, soient attentives à la présence de signes suspects sur le sein et consultent leur médecin ou gynécologue en cas de trouble ou d'anomalie :

  • apparition d'une "boule" ;
  • apparition d'une rougeur ;
  • apparition d'un écoulement coloré de sang par le mamelon
  • rougeur, œdème ou aspect « peau d'orange »
  • douleur localisée
  • ganglions palpables au niveau des aisselles
  • eczéma du mamelon
  • rétractation du mamelon d'apparition récente

L'ARDOC et l'ABIDEC invitent tous les 2 ans par courrier les femmes âgées de 50 à 74 ans à réaliser une mammographie et un examen clinique des seins chez un radiologue à choisir parmi une liste de spécialistes agréés (au dos de l'invitation). Cet examen est pris en charge à 100 % par l'Assurance Maladie, sans avance de frais.

Le radiologue effectue un examen clinique des seins, avec palpation, pour s'assurer qu'il n'y a pas d'anomalie. Il réalise une mammographie complète, c'est-à-dire deux clichés par sein (face et oblique). Il donne alors une première interprétation des clichés.

S'il n'a décelé aucune anomalie, la mammographie est systématiquement relue par un second radiologue expert. Le résultat de cette seconde lecture est envoyé dans un délai d'environ quinze jours à la femme et à son médecin. Plus de 6% des cancers du sein sont détectés grâce à cette seconde lecture, qui n'existe que dans le cadre du programme de dépistage organisé.

Si une anomalie est décelée, le radiologue premier lecteur effectue immédiatement un bilan diagnostique, pour raccourcir le délai d'une éventuelle prise en charge et éviter une attente angoissante. Il propose des examens complémentaires : radiographies complémentaires, échographie, prélèvement ou IRM mammaire, par exemple. Le médecin traitant et/ou le gynécologue sont prévenus des résultats à la demande de la patiente.

Le dépistage du cancer du sein peut être également prescrit de manière individuelle par le médecin traitant ou le gynécologue de la patiente. L'examen de mammographie est identique. Dans ce cas, les clichés et leur interprétation sont remis à la patiente en fin d'examen. Il n'y a pas de second avis systématique.

 

LA QUALITE AVANT TOUT

Ces différentes pratiques répondent à un cahier des charges dont les normes de qualité et de suivi sont très strictes.
Cahier des charges publié au Journal Officiel JORF n°295, du 21 décembre 2006
  • Les radiologues agréés doivent lire au moins 500 mammographies par an.
  • Les radiologues habilités à assurer la deuxième lecture s’engagent, dans le cadre d’un accord avec la caisse primaire d’assurance maladie, à lire chaque année au moins 1 500 mammographies.
  • Les appareils de radiologie sont contrôlés 2 fois par an et sont soumis à des normes strictes pour une amélioration constante du parc radiologique.
  • Ces contrôles sont effectués par des organismes agréés selon les recommandations de l’AFSSPS, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé.
  • Les nouvelles avancées technologiques telles que la mammographie numérique sont désormais autorisées dans le cadre du dépistage organisé. 
Mise à jour le Mardi, 09 Mars 2010 10:09
 


Retour en haut de page
ombre