ombre

Une prise en charge spécifique

  

L'onco-gériatrie est le rapprochement de 2 spécialités : la cancérologie et la gériatrie. Cette pratique vise à garantir à tout patient âgé atteint de cancer un traitement adapté à son état grâce à une approche multidisciplinaire et multiprofessionnelle.

L'amélioration de la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer et la prise en compte de leurs besoins spécifiques fait l'objet de la mesure 2.16 du plan cancer 2014-2019.

En effet, le nouveau plan poursuit les actions déjà engagées pour la prise en charge des personnes âgées. Il assure l'évolution des formations et des pratiques professionnelles et structure la recherche clinique en onco-gériatrie.

icon Télécharger le plan cancer 2014-2019 - cf page 36



  

Epidémiologie

 

Actuellement en Auvergne-Rhône-Alpes, 9.1% de la poulation à plus de 75 ans et plus (9,2% pour la France).

Entre 75 et 84 ans, le cancer représente la première cause de décès.

On estime qu'en 2050, un cancer sur deux surviendra chez des personnes âgées de 75 ans et plus.

En 2012, 24,7 % des patients vus la première fois au Centre Jean Perrin ont plus de 70 ans.

Notre région n'est pas épargnée avec l'accroissement continu du nombre de personnes âgées : en 2006, on compte 26 % de personnes de plus de 60 ans ; en 2030, on en comptera 35 %.

Avec le vieillissement de la population et l'augmentation de l'incidence des cancers, près d'1/3 des cancers sont diagnostiqués après 75 ans.

Il est donc nécessaire de développer une prise en charge adaptée de la personne âgée.

Les cancers les plus fréquents chez l'homme sont : prostate ; poumon ; côlon-rectum et chez la femme : sein ; côlon-rectum ;  poumon 

Le cancer de la personne âgée constitue donc un problème de santé publique majeur par ces aspects médico-socio-économiques.

 

  

Qu'est-ce qu'une évaluation onco-gériatrique ?

  

C'est une consultation avec le médecin gériatre dont le but est d'analyser l'environnement du sujet âgé afin d'aider le médecin oncologue dans la décision thérapeutique.

Elle permet d'apprécier :

  • L'état fonctionnel du patient
  • Le degré d'indépendance dans les gestes et activités de la vie quotidienne
  • L'état psychique (humeur, anxiété) ; cognitif et nutritionnel
  • L'équilibre du patient par des tests simples et recherche la notion de chute
  • Les antécédents du patient et ses pathologies en cours, de même que ses traitements personnels pour éviter les éventuelles interactions ou contre-indication au traitement du cancer.
  • l'environnement social, par la recherche de personnes ressources (conjoint(e), ami(s)), susceptibles d'aider durant le traitement de la pathologie tumorale.
  • Le ressenti du patient face à la maladie

Toute cette appréciation permet de mettre en place un plan de soins pouvant nécessiter des aides extérieures éventuelles (par ex, présence d'une aide-ménagère ou d'une auxilliaire de vie au domicile, présence d'une infirmière pour la mise en place de soins à domicile, etc... .

Dans tous les cas, l'oncologue et le gériatre collaborent pour le patient afin de décider et d'entreprendre un traitement du cancer le plus adapté à la pathologie tumorale ainsi qu'aux fragilités , tout en tenant compte de la volonté et de l'avis du patient.

 

 

  

Pourquoi une évaluation onco-gériatrique ?

  

Pour la plupart des patients, les traitements des cancers sont lourds, agressifs, longs, avec un retentissement notable sur l'ensemble des aspects de la vie quotidienne.

Pour un sujet âgé, il en est de même, mais il faut prendre en considération des paramètres supplémentaires liés au vieillissement.

Certes, le vieillissement n'est pas une maladie, cependant, il entraîne chez l'individu une diminution des réserves fonctionnelles de l'organisme et des problématiques liées à son âge et son état de santé. On parle alors, d'un point de vue médical, d'âge physiologique et non "chronologique".

L'évaluation Onco-Gériatrique réalisée par le gériatre met en évidence les fragilités d'une personne pouvant altérer l'efficacité et la bonne tolérance du traitement souhaité. De là, des mesures adaptées à la prise en charge pourront être instaurées.

La demande s'effectue par l'oncologue ou le chirurgien ou lors d'une RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) lorsque le traitement envisagé peut être à risque pour la personne.

Le gériatre, après avoir vu le patient, partage son avis avec ses confrères.

L'objectif étant de préserver, au maximum, la qualité de vie du patient tout en instaurant un traitement.

 

OUTIL D'ÉVALUATION G8

  

Le G8 est un outil qui permet aux oncologues, hématologues et cancérologues d'identifier les personnes âgées atteintes de cancer à risque de mauvaise tolérance d'un traitement anti cancéreux parce qu'elles présentent une dénutrition, des comorbidités, une polymédication, des troubles cognitifs ...

Le but est de leur proposer une consultation gériatrique adaptée aux anomalies dépistées et/ou une EGA avant de commencer le traitement anti cancéreux.

Le G8 est donc un outil pour les équipes soignantes en oncologie, il permet de dépister la fragilité chez la personne âgée.

Temps effectif pour l'exécuter : 4.4 minutes.

Critère d'évaluation : score < ou = 14/17.

Cet outil a été validé au cours de l'étude ONCODAGE.

Un score < ou = à 14 révèle une vulnérabilité ou une fragilité gériatrique pouvant conduire à une consultation adaptée.

Sa sensibilité est de 76.6% et sa spécificité de 64.4%.

Bientôt un critère nécessaire d'accréditation.

Il ne s'agit pas de confier au gériatre tous les patients de plus de 70 ans avec un G8<ou=14 mais seulement ceux pour lesquels l'oncologue estime que l'évaluation gériatrique pourrait aider dans le choix du traitement spécifique.

 

icon G8 - Identifier les patients devant avoir recours au gériatre

 Auteurs :  Equipe de l'UCOG Rhodanienne

Gilles ALBRAND (Gériatre) - Catherine TERRET (Oncologue) - Sylvie PERRIN (Infirmière).

 

icon Modèle vierge - questionnaire G8

 


Retour en haut de page
ombre